Rapport de veille sur l’économie circulaire

6 juillet 2016

Rapport de veille sur l’économie circulaire : réutilisation et valorisation des matières premières secondaires dans les bétons

L’économie circulaire

L’économie circulaire se définit comme « un concept économique qui s’inscrit dans le cadre du développement durable ; l’objectif est de produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l’eau et des sources d’énergie ».

Ce concept vise à changer le système linéaire de l’économie actuelle, qui consiste à « extraire, fabriquer, consommer, jeter », en un système circulaire où le déchet de l’un devient la matière première de l’autre.

Ce concept répond également aux débats mondiaux sur l’enjeu climatique. Ces débats ont eu lieu lors de la Conférence internationale sur le changement climatique (COP21) qui s’est déroulée fin 2015. L’un des points essentiels mis en avant lors de cette conférence est le développement et l’utilisation « d’économies vertes » ; ce qui entraîne la nécessité d’une gestion durable des forêts, l’utilisation d’énergies renouvelables et la diminution de l’extraction de matières fossiles.

 

L’étude du Cerib

Cette étude de veille s’inscrit pleinement dans ce volet « utilisation d’économies vertes » ; il démontre la possibilité d’utiliser des co-produits en substitution de matières premières dans le matériau béton. Cette valorisation des matières premières secondaires ou co-produits industriels est une nécessité pour le secteur source. En effet, la mise en décharge ou l’élimination ne sont pas des solutions pérennes pour les producteurs des déchets ; et elles tendent à devenir onéreuses.

Le rapport rappelle le contexte réglementaire, notamment sur le statut du déchet. Puis il présente des exemples de réutilisation de matières premières secondaires ou co-produits industriels dans les bétons. Ainsi, des granulats végétaux ou agro-sourcés, des granulats issus des produits de construction ou issus d’autres secteurs industriels peuvent être utilisés en substitution ou complément des granulats d’origine minérale. De même, des matières premières secondaires peuvent être substituées au liant traditionnel ; telles que des cendres volantes de charbon, des fumées de silice, des laitiers de haut-fourneau ou encore des boues de papeterie..

Ce rapport décrit également une méthodologie opérationnelle permettant de s’assurer de la faisabilité d’incorporation d’une nouvelle matière première secondaire dans les bétons. Et il présente les principaux éléments du cahier des charges à respecter.

Consultez le rapport ici