Infiltration des eaux pluviales

6 février 2017

Infiltration des eaux pluviales – La réponse avec les smart systèmes perméables en béton

Les eaux pluviales sont un élément majeur à maîtriser dans la planification et l’aménagement des territoires, de par les enjeux de limitation des risques d’inondation, de préservation des ressources en eau et des milieux naturels, et d’aménagement des espaces.

Ainsi, il est de plus en plus fait usage de revêtements perméables, qui permettent une gestion intégrée des eaux pluviales à la parcelle, au plus proche de leur point de chute. Les revêtements perméables infiltrent à la fois les eaux qui tombent directement sur la surface des produits, mais aussi, selon leur capacité d’infiltration et la conception globale de l’aménagement, les eaux de ruissellement des surfaces imperméables proches.

Le coefficient de perméabilité d’un revêtement constitue alors un élément de dimensionnement nécessaire pour les concepteurs d’ouvrages d’infiltration.

 

L’essai de perméabilité

Devant l’absence de protocole de mesure de perméabilité adopté par l’ensemble de la profession, le Cerib a défini un protocole de mesure de la perméabilité représentatif d’une pluie (écoulement vertical, faible hauteur d’eau…) qui est applicable à l’ensemble des produits de voirie perméables : revêtements modulaires en béton, béton drainant prêt à l’emploi, résines drainantes…

Cet essai, qui mesure le coefficient de perméabilité de l’ensemble « des produits et matériaux de jointoiement ou de remplissage des vides » sur une large surface pour limiter les variabilités pourrait être introduit dans un futur référentiel de certification.

De nombreux industriels sont d’ores et déjà en mesure d’annoncer des performances de perméabilité mesurées selon le protocole d’essai : 18 produits au total.

N’hésitez pas à nous contacter pour toute demande d’essai

 

 

Le référentiel technique français

Devant l’absence de norme sur les produits en béton pour revêtements drainants en France ou de dispositions partagées en Europe, les travaux réalisés par le Cerib ont également permis de définir l’ensemble des exigences techniques qui pourraient être appliquées sur les revêtements drainants en éléments modulaires en béton.

Ces exigences techniques (caractéristiques géométriques, résistance à l’abrasion, résistance mécanique, perméabilité…) répondent à des caractéristiques fonctionnelles. Et elles visent à assurer un degré de performance suffisant.

Elles sont regroupées dans un référentiel technique professionnel français « Éléments modulaires en béton pour revêtement des ouvrages d’infiltration des eaux pluviales : référentiel technique »  rédigé par le Cerib [réf. 353.E]

Ce référentiel technique français prend en compte les produits les plus répandus sur le marché français :

– pavés et dalles en béton poreux
– pavés à joints larges
– dalles drainantes

Consultez le référentiel ICI

 

Pour aller plus loin

Un groupe de travail de l’ensemble de la Filière Béton,  constitué du Cerib, de la FIB, de CIMbéton, du SNBPE et du SPECBEA, a été créé dans l’optique de mettre en commun les connaissances techniques sur les revêtements drainants en béton et de codifier les techniques et systèmes constructifs.

Le référentiel technique sert de base de travail afin de publier prochainement un guide intitulé « Lutter contre l’imperméabilisation des surfaces urbaines : les revêtements drainants en béton ».