Travaux exposant à la poussière de Silice Cristalline Alvéolaire issue de procédés de travail

17 décembre 2020

Silice Cristalline Alvéolaire : les travaux exposant à la poussière de Silice Cristalline Alvéolaire issue de procédés de travail sont désormais classés dans la liste des substances, mélanges et procédés cancérogènes au sens du code du travail.

La Directive Européenne (UE) 2017/2398 a été transposée en droit national : un nouvel arrêté est paru le 26 octobre 2020, il remplace l’arrêté du 5 janvier 1993.

L’arrêté du 26 octobre 2020 fixant la liste des substances, mélanges et procédés cancérogènes au sens du code du travail vient modifier le statut des poussières de Silice Cristalline, plus exactement des travaux qui exposent à ces poussières.

Auparavant assimilables à un Agent Chimique Dangereux, les poussières alvéolaires de Silice Cristalline sont désormais assimilables à un agent Cancérogène.

L’article 1 de l’arrêté du 26 octobre 2020 indique :

« Les substances, mélanges et procédés considérés comme cancérogènes au sens de l’article R. 4412-60 du code du travail sont les suivants :

  • Fabrication d’auramine ;
  • Travaux exposant aux hydrocarbures polycycliques aromatiques présents dans la suie, le goudron, la poix, la fumée ou les poussières de la houille ;
  • Travaux exposant aux poussières, fumées ou brouillards produits lors du grillage et de l’électroraffinage des mattes de nickel ;
  • Procédé à l’acide fort dans la fabrication d’alcool isopropylique ;
  • Travaux exposant aux poussières de bois inhalables ;
  • Travaux exposant au formaldéhyde ;
  • Travaux exposant à la poussière de silice cristalline alvéolaire issue de procédés de travail. »

Les VLEP (Valeurs Limites d’Exposition Professionnelle) pour les principaux constituants de silice cristalline mentionnées à l’article R4412-149 n’ont pas évolué :

  • Pour le quartz à 0,1 mg/m3 ;
  • Pour la cristobalite et la tridymite à 0,05 mg/m3.

À compter du 1er janvier 2021, dès lors qu’un salarié est exposé ou susceptible d’être exposé dans le cadre de son activité professionnelle à de la poussière contenant de la Silice Cristalline Alvéolaire, l’employeur devra désormais respecter des règles supplémentaires spécifiques à la prévention des agents CMR (cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques) (articles R4412-59 à R4412-93 du Code du travail).

Une évaluation du risque d’exposition des salariés permettra de déterminer les salariés les plus à risques dans le cadre de leurs activités professionnelles (nature, degré et durée d’exposition). Art. R4412-61.

Les postes de travail ou opérations les plus exposés dans l’Industrie du Béton sont :

  • Opérations de finition sur produits béton (ragréage, découpe à sec, polissage à sec, meulage, sablage, grésage, bouchardage …) ;
  • Lavage à sec des malaxeurs et autres équipements ;
  • Conduites d’engins de manutention sur parc et potentiellement tous les travailleurs présents sur les parcs de stockage ;
  • Les pilotes d’installations ou opérateurs travaillant sur des machines mettant en œuvre du béton sec.

Les règles supplémentaires spécifiques à la prévention du risque CMR se traduiront en priorité par la mise en place de mesures pour éviter le risque en supprimant ou réduisant les sources de poussières de silice. Si le risque ne peut pas être évité, des mesures techniques et organisationnelles devront être prévues :

Mesures prioritaires : éviter le risque (Réduction des sources de poussières de silice)

  • Substitution des granulats contenant de la Silice Cristalline par d’autres en contenant pas ou moins ;
  • Substitution des procédés générateurs de poussière (par exemple, un procédé par voie humide plutôt qu’un procédé par voie sèche). Art. R4412-66 ;
  • Mise en place de systèmes clos. Art. R4412-68.

Mesures techniques et organisationnelles :

  • Aménagement de l’organisation du travail pour réduire le niveau d’exposition des travailleurs à un niveau le plus bas possible, Art. R4412-69 :
          – Limiter les quantités de travaux exposant aux poussières de silice ;
          – Limiter le nombre de travailleurs exposés ou susceptible de l’être ;
          – Appliquer des procédures et méthodes de travail appropriées.
  • Mise en œuvre de moyens d’aspiration, de traitement des poussières et autres équipements de protection collectives et contrôler périodiquement leur efficacité ;
  • Mise en œuvre de bonnes pratiques de nettoyage des locaux et des installations ;
  • Mise à disposition et port d’équipements de protection individuelle adaptés aux risques avec classe de filtration FFP3 ;
  • Former et informer les opérateurs exposés (fiche de poste notamment) ; Art. R4412-86-93 ;
  • Fournir et faire nettoyer régulièrement les vêtements de travail. Art. R4412-72 ;
    Nota : Si l’entretien des vêtements est confié à une entreprise extérieure, celle-ci doit être informée de la potentielle contamination par des poussières de Silice Cristalline.
  • Délimiter et signaler les zones à risque et en restreinte l’accès aux seuls travailleurs concernés et autres nécessités. Art. R4412-74 ;
  • Faire contrôler annuellement le respect de la Valeur Limite d’Exposition Professionnelle par un organisme accrédité des travailleurs exposés ou susceptible de l’être. Art. R4412-76 à 80 ;
  • S’assurer que les salariés exposés bénéficient d’un Suivi (médical) Individuel Renforcé. Art. R4624-22.

Retrouvez d’avantage d’informations sur le site de l’INRS.

Pour tout complément d’information, n’hésitez pas à contacter votre Préventeur régional ou le Département HSE à l’adresse suivante : hse@cerib.com


* La collecte de vos données personnelles (nom, prénom, adresse email) par le CERIB est nécessaire dans le cadre de l’envoi de nos communications (newsletters, invitation aux évènements, enquête de satisfaction, communiqués divers) qui vise à vous informer des activités du Cerib. Les destinataires de vos données personnelles sont notamment les personnes au sein du CERIB en charge des services informatiques, marketing, relation client et prospection. Vos données personnelles sont conservées pour le temps nécessaire à l’exécution des finalités ainsi que pour la durée des prescriptions légales applicables. Conformément aux dispositions du RGPD, vous bénéficiez d’un droit d’accès à vos données personnelles, la rectification ou l’effacement de celles-ci (mentions légales).