Bétons bas carbone : accélération du durcissement des liants ternaires

La présente étude s’inscrit dans le programme d’actions de l’Industrie du Béton ; elle a pour but de rechercher des solutions innovantes de béton à faible émission de CO2 qui permettent l’obtention de performances techniques et économiques au moins équivalentes à celles des bétons traditionnels. Pour répondre à cet enjeu, l’étude de liants ternaires constitués de ciment Portland CEM I, laitier de haut fourneau et addition calcaire a été réalisée en
optimisant les moyens disponibles en préfabrication pour accélérer leur durcissement : emploi d’un traitement thermique, utilisation d’activateurs
chimiques et optimisation de la compacité du mélange. Le traitement thermique s’avère être le plus puissant levier d’action. Les solutions développées
(matériau et procédé) permettent d’obtenir un bilan économico-environnemental meilleur que celui d’un béton témoin dont le liant est uniquement composé de ciment Portland CEM I.

Les travaux de recherche ont été menés dans le cadre d’une thèse réalisée en partenariat antre le Cerib et l’École des Mines de Douai. objectifs de résistance à la compression ont été fixés sur bétons puis déclinés sur mortier en fonction de l’application envisagée :
– pour du béton armé : 25 MPa minimum à 7 heures ;
– pour du béton précontraint : 42 MPa minimum à 9 heures.
La double activation chimique et thermique de liants ternaires (ciment CEM I + laitier granulé moulu de haut fourneau + addition calcaire) et de ciment binaire (ciment de haut fourneau CEM III) a été l’objet principal des travaux expérimentaux. Des travaux sur la compacité ainsi que sur la finesse des additions ont également été réalisés dans ces travaux de thèse.